Sombre, glacé, sanglant, cruel autant qu’humain, voilà un thriller machiavélique que j’ai lu quasiment d’une seule traite. Ce huis-clos à la première personne met l’emphase sur la difficulté d’une révélation qui se dévoile pourtant, par petites touches, au lecteur tout au long de l’action. On en sort… secoué.

D’ailleurs, l’éditeur devait avoir lui-même le souffle coupé lorsqu’il a rédigé le résumé en 4ème de couverture, qui tient en un seul mot parfaitement adapté :

Pourquoi ?